'

 

 

503085544

Titre original : Fumoon (フゥムーン)

Année de production : 1980

Réalisateur : Hisashi Sakaguchi (inspiré du manga Kitarubeki sekai de Osamu Tezuka)

Diffusé à la télévision française le : 6 janvier 1983. Rediffusion en 1987.

 

L'île de Batei fut longtemps un petit paradis sur Terre. Mais la guerre nucléaire qui faisait rage entre l'Empire des Trois Lions et l'Empire du Buffle eurent raison de sa beauté. En l'an 3000, il ne reste de Batei qu'une terre anéantie et polluée où grouillent des insectes difformes. Convaincu que cette guerre incensée est la cause de la dégradation de l'environnement, le ''maître de la recherche scientifique'' tente d'avertir ses collègues et les hommes politiques, sans grand résultat. Il peut heureusement bénéficier du soutien de son meilleur ami Bono La Moustache (Shunsaku Ban) et des neveux de ce dernier, le jeune adolescent Ken et la petite Pêche. Mais ce n'est pas tout : durant son expédition sur Batei, le professeur a découvert une nouvelle forme de vie jusqu'alors inconnue. Il s'agirait d'une sorte de minuscule fée évoquant un papillon, mais douée d'intelligence et de parole. Capturés par ces êtres mystérieux, Ken, Pêche et La Moustache se retrouvent face à leur reine Coco qui les prévient de la destruction imminente de la planète Terre ! En effet un immense nuage noir créé par la pollution atmosphérique se rapproche de notre planète et menace de la désintégrer d'ici peu. Ces étranges fées sont en réalité une forme évoluée de vie ayant reçu pour mission de secourir tous les animaux de la Terre en les réunissant dans une sorte d'arche de Noé qui les emménera sur une autre planète. En revanche, les humains n'ont aucun droit de survie et sont condamnés à payer leurs crimes en périssant dans la catastrophe. Pourtant, Sidéralia, la mutante découverte par le professeur, est touchée par la bonté de Ken et de sa petite soeur. Y aurait-il encore des humains méritant d'être secourus ?

 

En 1983, les diffuseurs ont eu le respect de citer Tezuka comme auteur/réalisateur.

 

En 1980, les studios Tezuka Productions réalisent pour la troisième fois un projet animé spécialement conçu pour la télévision. Si l'on reste dans le thème de la science-fiction, l'histoire se passe cette fois uniquement sur Terre et s'attarde principalement sur les conséquences de la guerre nucléaire sur l'environnement. Librement adapté d'un vieux manga de Tezuka sorti en 1949 et édité en France sous le titre ''Next World'', Fumoon fait suite à deux téléfilms, Le Prince du Soleil (vu sur Antenne 2 en 1981) et Marine Express (inédit en France), qui se permettaient déjà certaines scènes plutôt osées pour un jeune public. Marine Express en particulier faisait mourir un personnage phare et sympathique de l'oeuvre de Tezuka, une fin qui tranchait radicalement avec l'ambiance générale du téléfilm, plutôt bonne enfant. Mais Nucléa 3000 va aller encore plus loin : malgré la présence d'un personnage mignon et rigolo (Pêche) et du chara-design tout en rondeurs de Tezuka, le téléfilm est très sombre voire angoissant.

Cette impression commence dès les premières minutes du téléfilm avec un générique coloré et bucolique laissant apparaître peu à peu un paysage verdoyant qui fait ensuite place à son équivalent actuel, totalement dévasté par la pollution nucléaire. On retrouve par ailleurs quelques détails récurrents dans la bande-dessinée japonaise, comme les insectes géants déjà aperçus dans ''le Voyage de Ryu'' de Shôtarô Ishinomori (disciple de Tezuka) et que l'on reverra chez Hayao Miyazaki dans son ''Nausicaä de la vallée du vent''. Les jeux politiques entre les grandes puissances, qui préfèrent s'entre-déchirer pour le pouvoir plutôt que de penser à l'éventualité d'une destruction de la Terre, sont largement mis en avant et si l'on avait déjà une première approche dans Le Prince du Soleil, Nucléa 3000 insiste énormément sur cette thématique. On pourrait même dire qu'il s'agit du sujet principal de ce téléfilm, avec les conséquences écologiques.

 

Ne vous fiez pas à son design cartoon, la situation présente est dramatique.

 

L'ambiance opressante et surtout sa fin ont d'ailleurs choqué plus d'un parent si l'on considère le nombre de lettres adressées à Antenne 2 au lendemain de la diffusion du téléfilm (voir à ce sujet l'excellent livre ''Nos années Récré A2'' de Sébastien Carletti). Peut-être ces critiques ont-elles persuadé les responsables de Récré A2 de renoncer à la diffusion d'autres téléfilms de l'auteur, nous privant ainsi de Marine Express, ainsi que des trois spéciaux suivants : Bremen 4 (1981), Prime Rose (1983) et enfin Bagi (1984). Il est à noter un point intéressant concernant les deux téléfilms aperçus en France : ils ont été diffusés dans l'émission jeunesse Récré A2 en guise de bouche-trou, notamment pour remplacer les programmes prévus à l'origine et indisponibles ce jour-là (apparemment suite à des grèves); ils ont également pour point commun de n'avoir connu aucune censure de la part des diffuseurs ou du studio de doublage. La fin de Nucléa 3000 est restée intégrale, d'où les remarques compréhensibles de certains parents.

La noirceur du scénario de Nucléa 3000 n'est d'ailleurs pas une exception : parmi les 6 téléfilms réalisés par Tezuka Productions, les trois derniers comprennent également leur lot de scènes problématiques. Le début de Bremen 4 par exemple commence par une scène où unenfant voit sa maison réduite en cendres et sa mère mourir dans les flammes ! Dans Prime Rose, le héros de l'histoire est blessé à l'oeil par une flèche et son sort reste obscure durant une vingtaine de minutes ! Enfin, Bagi cumule de nombreux thèmes difficilement accessibles au grand public (la sensualité, la vivisection, la vengeance)... Si l'on retient bien souvent de Tezuka ses oeuvres dites ''gentilles'' comme Le Roi Léo ou Astro le petit robot, on oublie qu'il est également à l'origine de titres beaucoup plus crus (MW pour ne citer que celui-ci) et même son Black Jack préfigure déjà une approche moins naïve. Nucléa 3000 s'inscrit dans cette vision d'un futur pessimiste, victime de la folie et de l'ambition humaines dont seuls une poignée peuvent encore prendre conscience de la nécessité d'intervenir rapidement pour limiter les dégâts. Un message fort et poignant qui, 36 ans après, reste toujours d'actualité.

Dans mon article sur Le Prince du Soleil, j'avais déjà mentionné la présence de plusieurs personnages récurrents de l'oeuvre tezukienne, le plus fameux étant bien évidemment Black Jack dont ce fut la première apparition en France. Dans Nucléa 3000, on y retrouve sa petite (''Z'ai dix-huit ans, voyons !!'') protégée Pinoko, ici renommée Momo (traduit en français par Pêche), dont c'est également la première apparition sur les téléviseurs francophones, seize ans avant l'édition des OAV et la sortie du manga chez Glénat (ces deux éditions resteront inachevées, mais des rééditions dans les années 2000 iront heureusement jusqu'au bout de l'oeuvre). Un autre personnage récurrent à se faire connaître du jeune public français est Ken(ichi), l'un des plus anciens héros de Tezuka, qui apparaît dès ''Lost World'' en 1948. Habituellement dessiné sous les traits d'un enfant (du moins dans les premières oeuvres), il apparaît dans Nucléa 3000 en tant qu'adolescent pour faire jeu égal avec Rock, autre personnage phare de la bibliographie tezukienne, qui intervient ici dans un rôle relativement positif (il eut plusieurs rôles très négatifs voire abjects dans certains mangas, notamment dans ''Alabaster''). Shunsaku Ban, l'oncle Moustache, était déjà apparu dans Le Prince du Soleil, mais au détour d'une seule scène; dans Nucléa 3000, il bénéfice d'un rôle primordial dans l'intrigue, comme ce fut déjà le cas dans Marine Express un an auparavant. On reconnaîtra aussi Le Duc Rouge de Metropolis dans le rôle d'un dirigeant politique ou encore le Dr. Hanamaru dans celui du Maître de la recherche scientifique.

 

Shunsaku Ban : son rôle dans Nucléa 3000 correspondrait à sa troisième apparition en France.

 

Pour davantage d'informations sur les personnages dessinés par Tezuka au fil de sa carrière, je vous recommande le principal site dédié au maître qui a consacré une partie du site uniquement à ces derniers : http://tezukaosamu.net/en/character/index.html

 

Commentaires sur la VF

La version française de ce téléfilm semble pratiquement calquée sur Le Prince du Soleil, la majorité des comédiens ayant participé à ce premier téléfilm faisant leur réapparition sur Nucléa 3000 : Thierry Bourdon sur le jeune héros par exemple ou encore Gérard Hernandez et Claude Dasset, même si ces similitudes peuvent s'expliquer par la récurrence de ces comédiens sur les doublages d'anime japonais au début des années 80. Le résultat est donc dans la lignée du précédent téléfilm, mais on peut néanmoins souligner une nette amélioration dans l'interprétation de certains personnages, en particulier Thierry Bourdon. Le comédien se montre largement plus convainquant dans le rôle de Ken, peut-être parce que ce rôle d'adolescent intrépide et rebelle évoque davantage celui de Tadashi Daiba (Ramis), que le comédien interpréta sur Albator le corsaire de l'espace. À noter une prestation intéressante de la part de Claude Chantal sur le personnage de Sidéralia, la mutante bleue ralliée à Ken et ses amis, un rôle important et pas forcément le plus aisé, mais sur lequel la comédienne fait preuve de talent. La traduction quant à elle reste assez correcte (malgré des approximations) et certains noms légèrement modifés (Rock devient Rick; Kenichi est raccourci en Ken, Momo est traduit en Pêche...). Les répliques m'ont aussi parues mieux écrites que dans Le Prince du Soleil, où un certain nombre de dialogues tombaient un peu à plat à cause de tournures maladroites (notamment dans sa seconde partie). Bien que cette adaptation s'adresse avant tout à de jeunes enfants, notamment par l'intermédiaire de voix secondaires un peu ridicules par moments et une légère édulcoration dans les propos, elle s'en sort assez honorablement, principalement grâce à ses comédiens.

 

Liste des comédiens ayant participé au doublage (Source : Planète Jeunesse)

Thierry Bourdon Ken
Claude Chantal Sidéralia
Gérard Hernandez Bono La Moustache, 1er ministre de la Dynastie du Buffle
Philippe Dumat Professeur Okanor
Martine Reigner Pêche
Claude Dasset Le Maître de la Recherche Scientifique, Capitaine Tabasco
Joëlle Fossier Coco, La Reine des Mutants
Georges Aubert Monsieur Yamata
François Leccia Rick
Albert Augier Le Général de l'Empire des 3 Lions

*J'ai un peu simplifié ce tableau du cast VF, la plupart des rôles supprimés concernant des personnages très secondaires*

 

 

Où trouver cette VF ?

Tout comme le Prince du Soleil, seule quelques diffusions furent proposées à l'époque. dans Récré A2 La VF que vous trouverez, comme moi, sur Internet, provient d'enregistrements TV.

 

Et ce téléfilm, on peut le revoir dans de bonnes conditions ?

En Italie, le téléfilm est disponible dans une superbe box éditée par Yamato Video et réunissant l'intégralité des 6 téléfilms en VOST et VI. C'est complet, c'est pas cher, c'est bien présenté avec un livret bonus et pour la langue, on s'y fait rapidement même sans la maîtriser entièrement (précision personnelle de Veggie, qui achète régulièrement italien depuis 2014). Sinon il existe bien sûr les DVD japonais, mais sans le moindre sous-titrage.

 

Crédits images

http://www.suruga-ya.jp/database/pics/game/503085544.jpg

Captures issues d'un enregistrement TV retrouvé sur Internet.

À ce sujet, j'avais prévu au départ de proposer davantage de captures depuis mon DVD italien, mais ayant laissé ce dernier en Suisse pour quelques mois, il est possible que cet article se voit remettre à jour concernant les images. J'avais promis de traiter ce titre en février dernier, mais d'autres activités ont repoussé sa rédaction au mois de septembre. Le voilà donc en ligne, avec comme promesse personnelle de poursuivre ce blog avec de nouveaux titres dans le courant du mois d'octobre, dont Super Duke (vu en VHS chez Jacques Canestrier début 80).