127815909588916104282

Titre original : Sekai Meisaku Dowa - Aladdin to Mahou no Lamp (アラジンと魔法のランプ)

Année de production : 1982

Réalisateur : Yoshikatsu Kasai

Diffusé à la télévision française le 31 décembre 1982 sur Antenne 2; rediffusions en 1983 (Antenne 2 toujours) et à trois reprises au début des années 2000

Sortie en VHS chez de multiples éditeurs dans les années 80 : Héméra Vidéo, Penta Color Vision...

 

 Aladin est un jeune garçon paresseux, menteur et casse-cou qui préfère passer ses journées à traîner dans les rues avec une bande de petits voyous plutôt que de chercher un travail honnête et aider sa mère veuve. Lors d'une nouvelle tentative de vol, Aladin se fait prendre sur le fait et doit s'enfuir. Un inconnu s'adresse alors à lui en lui promettant une belle somme d'argent s'il l'accompagne jusqu'à un endroit précis. Après une longue marche à travers le désert, l'inconnu s'arrête près d'un rocher à moitié englouti par le sable et commence à prononcer quelques formules magiques incompréhensibles qui font apparaître une entrée non loin de la cavité rocheuse. L'inconnu est en fait un magicien et il ordonne à son compagnon de voyage de descendre dans la grotte jusqu'à la salle aux mille lampes; il pourra y prendre tout ce qu'il voudra, mais en contrepartie, il devra lui ramener la plus ancienne et la plus poussiéreuse des lampes présente dans cette salle. Bien qu'hésitant et après avoir reçu un anneau magique en guise de protection, Aladin finit par descendre dans le passage secret et se retrouve dans un jardin magnifique où les fruits sont sont en cristal et il n'hésite d'ailleurs pas à en cueillir quelques unes. Il n'oublie pas non plus la fameuse lampe avant de quitter la salle et prendre la direction de la sortie. Mais arrivé au bout, le magicien exige d'abord d'avoir la lampe avant de permettre au garçon de ressortir, ce qui fâche Aladin. Son refus lui coûte beaucoup, puisque déçu de l'attitude du garçon, le magicien renonce à l'aider et l'enferme dans la grotte pour toujours. En tentant de trouver une sortie, Aladin frotte l'anneau confié par le magicien. Apparaît alors un génie de très grande taille qui le considère comme son ''maître'' et lui promet tous ce qu'il désire : le jeune garçon est ainsi libre et retourne chez lui avec l'anneau magique et la mystérieuse lampe. Sa mère ne croit évidemment pas à cette histoire de grotte merveilleuse, mais se décide à vendre la lampe en échange d'un peu d'argent. En voulant la nettoyer, elle fait apparaître un autre génie d'une taille gigantesque (10 fois plus grand que le précédent !) qui promet également de satisfaire tous les désirs de son ''maître''. Le lendemain, alors qu'il tente de vendre de la vaisselle d'or créée par le génie de la lampe et les fameux fruits de cristal, Aladin croise une jolie jeune fille présentée comme étant la princesse du royaume. Décidé à l'épouser, il décide de faire appel au génie de la lampe pour devenir l'homme le plus riche du royaume et se présenter au sultan. Entretemps, le fameux magicien est de retour en ville à la recherche de la lampe...

 

 

Notre héros peu attentif aux recommandations de sa mère

 

 

 

Prenant place dans la série des Sekai Meisaku Dowa, ces adapatations de contes destinées à un jeune public, le film suit très fidèlement l'histoire originale (ou du moins sa version la plus connue), tout en replaçant le contexte dans un pays fantasmagorique du Moyen-Orient alors que le conte original, dans plusieurs versions, est censé se dérouler en Chine. Le film reprend donc les éléments principaux du conte : le magicien, les deux génies (un dans l'anneau, un dans la lampe), la possibilité d'utiliser les deux objets magiques à volonté... en y ajoutant quelques personnages supplémentaires, comme la petite gerboise du désert qui accompagne Aladin après l'épisode de la grotte ou encore sa bande de copains. Le magicien ne se présente plus comme le frère du défunt père d'Aladin et l'argent qu'il lui propose est le seul facteur motivant qui pousse Aladin à l'accompagner. Le personnage principal est également plus jeune que dans le conte, sans doute dans une volonté d'identifiaction au jeune spectateur à qui est destiné cette adaptation. La trame assez complexe du conte a été simplifiée pour se recentrer surtout sur les pouvoirs de la lampe et la lutte entre Aladin et le magicien, utilisant ainsi l'univers du Moyen-Orient et la magie comme facteurs environnementaux dépaysants et humoristiques (il n'y a qu'à voir la course-poursuite dans le repaire du magicien où les objets ''magiques'' ressemblent plus à des outils de prestidigitateur !). Mais si on omet cette volonté de proposer une histoire à destination des plus jeunes, le film possède une ambiance et un style qui lui sont propres et donnent un certain charme à l'ensemble du récit.

 

 

Le magicien tel qu'il apparaît dans le film

 

 

 

 

Le film est sorti en 1982 au Japon. À l'époque, les studios de la Toei avaient changé de politique vis-à-vis des longs-métrages d'animation et, depuis le succès de longs-métrages comme celui de Galaxy Express 999, privilégiaient les films ''commerciaux'' tirés de mangas populaires. Les films originaux se faisaient donc plutôt rares et la réalisation d'Aladin est un peu une exception; les studios produiront plutôt quelques adaptations sous forme de téléfilm au cours des années 80 (comme ''L'Appel de la forêt'' ou ''Deux ans de Vacances'' sur lesquels je m'attarderai prochainement). La réalisation est étonnamment belle par rapport aux précédents films du même genre (comme Les Cygnes sauvages par exemple); l'animation est honorable et les décors soignés et d'une grande qualité artistique, notamment la salle aux mille lampes. L'histoire sait habilement doser scènes comiques et récit d'aventure. Si certains personnages rajoutés ne servent finalement pas à grand-chose, sinon à amuser le (jeune) spectateur, ils n'en restent pas moins sympathiques.

 

 

Aladin secouru par le génie de l'anneau

 

 

Commentaires sur la VF

Le film a été programmé en France l'année même de sa réalisation; Antenne 2 le diffusera pour les fêtes de fin d'année. Sans surprise, le doublage reprend les voix habituelles de l'époque. Encore une fois, c'est Thierry Bourdon qui double le héros avec un résultat satisfaisant. Céline Monsarrat se charge de doubler la princesse, un rôle qui semble lui coller à la peau (elle doubla à peu près à la même période Erika dans Daimos, Delphina dans Vidocq contre Cagliostro, Sanaé de Princesse Millénium et enfin Odette du Lac des Cygnes). Les autres comédiens se débrouillent bien dans l'ensemble (on a plaisir à retrouver Jane Val pour la mère d'Aladin), même si l'interprétation de certains comédiens laisse à désirer par moments avec un jeu plutôt caricatural (je pense en particulier au magicien). À noter que la VF renomme le héros Aladin avec un seul d et non deux comme c'est le cas dans la version originale; une habitude déjà vue dans une adaptation antérieure du conte par Jean Image. La traduction est correcte, même si on peut déplorer que la chanson du début, rechantée pour la VF, ne suit absolument pas les paroles de la version originale.

 

 

Aladin rencontrant la princesse

 

 

Liste des comédiens ayant participé au doublage (Source : Planète jeunesse)

 

Thierry Bourdon Aladin
Céline Monsarrat la princesse Badrale
Jacques Ferrière le sorcier
Henry Djanik le génie de l'anneau, le roi
Claude Joseph le génie de la lampe, le vizir
Jane Val la mère d'Aladin
Maryse Meryl un petit voleur
Maurice Sarfati un petit voleur

 

 

Où trouve-ton cette VF ?

À part en VHS, vous n'avez pas vraiment le choix. Bien que diffusé à trois reprises sur Mangas au début des années 2000, aucun éditeur n'a jugé pour le moment intéressant de resortir ce film en DVD et la dernière diffusion datant de janvier 2005, il est à craindre qu'une réédition n'est désormais plus d'actualité.

 

 

La VHS sortie par Héméra

 

La VHS sortie par Penta Color

 

Et le film, on peut le revoir dans de bonnes conditions ?

Au Japon apparemment pas, du moins n'ai-je pas trouvé une quelconque édition DVD proposant ce film (ce ne sera pas le premier à n'avoir pas été réédité), mais en Italie Yamato Video propose le film avec un master de qualité (il suffit de voir les captures postées plus haut) et une VOST ! Bref, si vous connaissez un peu l'italien, il serait dommage de passer à côté !

 

Crédits images

DVD Yamato Video (2006)

http://www.vhsdb.org/fiche.php?vhs=z8vr6smu

http://userdisk.webry.biglobe.ne.jp/007/148/47/N000/000/000/127815909588916104282.JPG