1Titre original : Jean Valjean Monogatari (ジャン・バルジャン物語)

Année de production : 1979

Réalisateur : Takashi Kuoka (d'après le roman de Victor Hugo)

Diffusé sur FR3 le : 30 mars 1981

Jean Valjean, ancien forçat condamné aux galères pour avoir volé un pain, retrouve la liberté après dix-neuf ans de bagne. Suite à sa rencontre avec l'évêque Magloire, il décide de changer de vie et de devenir honnête. Mais son passé finit par le rattraper et Valjean doit fuir une nouvelle fois. Il décide cependant de venir en aide à une orpheline confiée par sa mère à un couple d'aubergistes, les Thénardier, qui ne voient dans cette enfant qu'une esclave et une bouche à nourrir supplémentaire. Jean Valjean finit par convaincre les aubergistes de lui rendre la fillette et repart avec l'enfant pour Paris. C'est là qu'il l'élèvera sous le faux nom de Fauchelevant et que Cosette trouvera l'amour dix ans plus tard...

Ce téléfilm réalisé en 1979 n'est pas la première adaptation en dessin-animé des Misérables contrairement à ce que l'on pourrait croire. Outre des adaptations soviétiques réalisées dans les années 60, il existe deux premières adaptations japonaises sous la forme d'un épisode Tv du programme jeunesse Manga Sekai Mukashi Banashi réalisé en 1977 et une série de treize épisodes, Aa Mujo, en 1978 (également programmée dans Manga Sekai Mukashi Banashi). Parmi les adaptations ultérieures, citons avant tout :

- Une production française en 1992 programmée dans le Club Dorothée. Graphiquement très médiocre, cette série prenait beaucoup de libertés avec l'oeuvre. La fin laisse entendre que le dessin-animé serait en fait la ''véritable'' histoire des Misérables et c'est en entendant le témoignage de Cosette et de Jean Valjean que Victor Hugo (qui apparaît à la fin du récit) aurait décidé d'écrire son oeuvre la plus connue (une manière de justifier les nombreux écarts de la série par rapport au roman ?) ! Je n'en ai franchement pas gardé un bon souvenir (malgré certains rajouts plutôt sympathiques), à l'exception d'un générique de bonne facture chanté par Dorothée.

- Une seconde adaptation japonaise en 2007, Shôjo Cosette (diffusée en Italie sous le titre Il cuore di Cosette), réalisée par la Nippon Animation, un studio japonais mythique réputé pour ses adaptations de romans européens pour la jeunesse. Cette dernière adaptation, outre un chara-design typique des dessins-animés japonais actuellement programmés (Cosette ressemble plus à un équivalent moe qu'à une fillette), prend énormément de libertés avec le roman en plus de caricaturer à outrance certains personnages comme les Thénardier ou Javert et de s'attarder sur des séquences inutiles censées enjoliver la vie de Cosette chez les Thénardier (certes Cosette est maltraitée par le couple, mais la fillette passe aussi beaucoup de temps à s'amuser avec Gavroche, le fils cadet du couple, en compagnie d'un gros chien blanc !).

 

Je dois franchement avouer qu'au vu des quelques productions que j'ai pu visionner, le passage à l'animation n'a pas vraiment rendu justice à l'oeuvre de Victor Hugo. Les Misérables est tout simplement mon roman préféré de cet auteur et l'un des rares romans français de l'époque que j'apprécie (et qui ne contient pas des longueurs abominables comme 200 pages pour décrire une pelouse...). Le récit passe vraiment beaucoup mieux en live. Pour ma part, mon adaptation préférée reste celle de 1957 avec Jean Gabin et un Bourvil au rôle plutôt inattendu lorsqu'on est habitué à son registre plus comique.

 L'adaptation qui nous intéresse ici nous vient du studio Toei. Bien entendu, l'histoire a été très condensée puisque le téléfilm ne dure que 80 minutes et beaucoup d'éléments ont été simplifiés voire supprimés. Pas mal de scènes présentes dans le roman ont été modifiées ou montées différemment histoire de rendre plus cohérent ce scénario déjà bien raccourci. Le tout manque de profondeur, notamment au niveau des personnages, puisqu'on ne s'attarde guère sur leur passé et leurs véritables intentions. De même, les passages trop durs pour des yeux d'enfants ont été édulcorés. Le statut de Fantine après sa déchéance a été entièrement revu, passant de celui d'une prostituée à une simple mendiante (du moins dans le doublage). Quant à la relation entre Eponine, la fille aînée des Thénardier, avec Marius (ainsi que sa mort sur les barricades), elle n'est absolument pas mentionnée, accentuant le côté assez manichéen du dessin-animé (ce ne sera pas le dernier... Une telle décision avait également été prise pour les suivantes). Enfin, Jean Valjean ne meurt pas à la fin de l'histoire. Alors qu'il s'apprête à partir au loin, le jeune couple parvient à le rattraper et le convaincre de rester avec eux. Il coule donc de longs jours heureux auprès de sa fille désormais mariée ! Gavroche lui disparaît complètement du récit. Le téléfilm reste néanmoins le plus proche du roman si on le compare aux deux versions ultérieures, même si l'on est bien loin de la plupart des adaptations avec acteurs.

2

Le téléfilm présente un chara-design typique des années 70 plutôt agréable (notamment une Cosette toute mignonne), même si on aura connu mieux pour certains personnages comme Javert (enfin c'est déjà beaucoup plus joli à regarder que celui de la série française des années 90)... À noter que le chara-designer de ce téléfilm n'est autre que Masami Suda qui réalisera des années plus tard celui de Hokuto no Ken alias Ken le survivant en France ! On remarque d'ailleurs que Jean Valjean a une stature impressionnate qui rappelle celle du maître du Hokuto (de cuisine... Bon j'avoue cette blague n'est vraiment pas drôle). L'animation en revanche manque de fluidité...

 

3

 

Commentaires sur le doublage

Le téléfilm a été diffusé pour la première fois sur FR3 en mars 1981 sous la forme d'une mini-séries de 17 épisodes durant chacun 5 minutes. Le générique s'intitule ''La balade de Cosette'', une jolie composition mélodieuse et émouvante interprétée par Chantal Goya et qui se concentre (comme l'indique le titre) sur l'histoire de Cosette. D'après l'ouvrage ''Nos années Récré A2 (que je recommande fortement), la vente du téléfilm aux télévisions françaises fut plutôt compliqué : en pleine période ''anti-Goldorak'', les chaînes ont rechigné à diffuser une adaptation japonaise d'un roman français. Après tout les Français ne peuvent-ils pas adapter leur propre littérature avec des studios locaux (On verra le résultat avec la série de 1992) ? Pour convaincre le public, les distributeurs proposèrent donc un doublage plutôt soigné puisqu'on y retrouve quelques voix bien connues comme René Arrieu sur Jean Valjean ou encore Céline Montsarrat sur Cosette à l'âge adulte. C'est Paul-Emile Deiber, admirateur de Victor Hugo, qui s'occupera de la narration. Un choix plutôt judicieux dans l'ensemble qui redonne un peu d'intérêt à ce téléfilm plutôt moyen bien que sympathique, mais qui accuse son âge. Le téléfilm fut rediffusé par la suite sur Télétoon en 1998 et enfin sur Mangas en 2000. Il existe des éditions en vidéo chez Fil à Film et Citel Vidéo, mais aucune édition DVD n'est pour le moment prévue.

 

Liste des comédiens ayant participé au doublage

 

Paul-Emile Deiber le narrateur
René Arrieu Jean Valjean
Marie-Françoise Sillière Cosette enfant
Céline Monsarrat Cosette adulte
Francine Lainé Fantine (mère de Cosette)
François Chaumette Inspecteur Javert
Pierre Arditi Marius
Francis Lax Mr Thénardier, le policier
Paule Emanuele Mme Thénardier, la bonne-soeur
Henri Labussière le curé
Louis Arbessier Gilles Normand (grand-père de Marius)
Bernard Murat Courfeyrac
Jackie Berger Petit Gervais
Nelly Vignon la bonne du curé
Georges Lycan le juge, le boulanger
Jacques Torrens l'accusé
Claude Dasset un serviteur

 

 

Et le film, on peut le revoir dans de bonnes conditions ?

Hélas non, il n'existe pour le moment aucune édition DVD à travers le monde, pas même au Japon.

 

 

Pour aller plus loin :

http://www.pontauchange.com/Media/1979animated.html (une analyse de la version américaine sortie en 1983)

http://www.anime-games.co.uk/VHS/anime/lesmiserables.php (une très intéressante critique anglaise qui s'attarde notamment sur le déroulement du récit)

http://www.anime-kun.net/animes/fiche-les-miserables-1930.html (une critique française qui revient sur l'ensemble du film et qui m'a principalement servi de matérieau de base pour cette critique)

 

 

EN ATTENTE DE DEVELOPPEMENT